Crise sanitaire : droits des personnels et communiqué FSU (le constat d’échec d’Emmanuel Macron)

jeudi 1er avril 2021
par  Florimond GUIMARD
popularité : 72%

Le retour à l’enseignement à distance se fera selon les modalités décrétées par Emmanuel Macron et précisées sur le site du Ministère.
Dans le Premier degré, il ne semble pas y avoir de problème particulier d’application. En revanche, dans le Second degré, certains chefs d’établissements se livrent à des excès d’autoritarisme qui exigent la présence de certains personnels dans l’établissement, au mépris des règles de précaution sanitaire.
Les liens ci-dessous ont pour objectif de répondre aux questions qui peuvent se poser.

La FAQ ministèrielle :

https://www.education.gouv.fr/media/71379/download

- Le lien sur le site académique :

https://grenoble.snes.edu/continuite-pedagogique-que-doit-on-faire.html

- L’article lisible également sur le site du SNES 26 :

http://snes.26.free.fr/

Fonctionnement des établissements à partir du mardi 6 avril

La fermeture des établissements scolaires, annoncée par le président Macron mercredi 31 mars, implique un retour complet de l’enseignement à distance pour l’ensemble des professeurs. Mais comment celui-ci doit-il s’exercer ? Peut-on demander aux enseignants de venir dans leur établissement pendant cette période de distanciel ? Et pour les CPE, AED et AESH, quelles sont les obligations ? Des remontées de terrain traduisent en effet des pressions, de la part de certains chefs d’établissement, pour que des personnels soient bien présents sur site, jetant ainsi le trouble sur le devoir de chacun. Nous faisons ici un point rapide, dans l’urgence et à la lumière des textes récemment publiés. Merci au SNES Isère qui est à l’origine de ce travail de synthèse.

Selon les établissements, deux situations sont à distinguer :

Cas 1 : l’établissement ouvre pour l’accueil des enfants des professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie.

Il faut une validation par le Rectorat et la DSDEN ;
l’établissement n’accueille que les enfants concernés (voir liste en PJ) et sous conditions d’effectifs et de mise en place de groupes (dans tous les cas, pas les autres élèves !) ;
l’accueil ne se fait que par des personnels volontaires (et qui peuvent notamment être des agents territoriaux) ;
s’il manque de volontaires, seul le préfet peut réquisitionner.

On ne peut donc rien imposer aux personnels qui ne sont pas volontaires : ni aux enseignants, CPE, AED, AESH…

Cas 2 : l’établissement n’est pas dans cette situation.

Dans ce cas, la circulaire relative aux modalités d’organisation et aux objectifs de la continuité pédagogique ne souffre d’aucune ambiguïté :

Toute tâche pouvant être effectuée à distance doit l’être selon cette modalité.

Le télétravail est donc la règle, pour tous. En particulier, il n’y a aucune contrainte pour les vies scolaires.

L’accès aux établissements reste néanmoins possible :

pour les enseignants qui le désirent, s’ils veulent bénéficier des équipements (ordinateur, photocopieuse…) ;
pour les enseignants et les personnels administratifs, afin d’assurer une continuité minimale dans les démarches administratives : commissions, conseils de classe, démarches d’orientation…

Pour les ASA, elles s’appliquent autant pour les personnels titulaires que contractuels (AED notamment).

Les textes de référence sont fournis ci-dessous. En cas de pressions de la part de la hiérarchie ou d’irrégularités, vous pouvez alerter les sections départementale et académique qui veilleront à ce que les droits des personnels soient respectés.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE FSU : Le constat d’échec d’Emmanuel Macron

Le Président de la République a annoncé une nouvelle étape dans les mesures sanitaires, pour freiner l’épidémie avec notamment l’avancée et le dézonage des congés scolaires associés à un passage en distanciel des enseignements.

Il y est acculé aujourd’hui parce qu’en dépit de ses satisfecit répétés, il s’est trompé : au cours des dernières semaines, il a pris seul les décisions, méprisant l’alerte des scientifiques comme le débat démocratique, et s’est enfoncé dans un jusqu’au-boutisme dont toute la population paie maintenant le prix lourd.

La FSU s’inquiète des conséquences dramatiques de cette gestion incohérente et de ce reconfinement qui exposent une partie de la population à une grande précarité et va engendrer aussi son lot de souffrances sur le plan psychologique. Il est essentiel de mettre en œuvre un plan d’urgence pour les plus démuni-es : hébergement d’urgence, distribution alimentaire, accès aux soins, augmentation des minima sociaux…

S’enfermant dans le déni des difficultés concrètes que pose la crise sanitaire dans les écoles, Le ministère de l’Education Nationale a réduit le débat à une question binaire : ouverture ou fermeture des lieux scolaires. Il porte une lourde responsabilité dans cette situation. Il aurait été possible de faire autrement comme n’a cessé de le réclamer la FSU. Depuis des mois, la FSU alerte sur les conditions dégradées dans lesquelles les personnels font leur métier, au prix d’un épuisement professionnel réel. C’est bien grâce à elles et eux que l’école « tient ». J.M. Blanquer n’a eu de cesse de mépriser l’engagement des personnels. Il a prétendu que les protocoles étaient suffisants là où tout indique que la politique de tests est défaillante, rien n’a été fait pour améliorer le bâti et en particulier les possibilités d’aération, le nombre d’élèves par classe continue à être trop élevé alors qu’on pourrait fonctionner en petits groupes grâce à des recrutements supplémentaires et la réquisition de locaux : le Ministre n’a pas voulu agir pour répondre aux alertes des personnels de terrain. La reprise épidémique est d’autant plus forte que toutes les mesures qui auraient pu être prises pour éviter une telle intensité n’ont pas été mises en œuvre. Par ailleurs, au-delà des effets d’annonces et des promesses jamais tenues depuis janvier, aucun calendrier de vaccination des personnels au contact des usager-es et des élèves n’est établi à ce jour.

Aucun enseignement n’a été tiré depuis un an, le ministre n’a fait preuve d’aucune anticipation et les personnels se retrouvent aujourd’hui, veille de la fermeture des écoles, dans une situation d’impréparation identique à celle de l’an dernier, ce qui est un comble ! La FSU demande que les leçons du premier confinement soient tirées : clarification très rapide des objectifs et des modalités de la façon de maintenir le lien scolaire avec les élèves, temps laissé aux équipes pour s’organiser, moyens donnés aux équipes pluri-professionnelles pour assurer un suivi des élèves et recherche de solutions pour les familles ne disposant ni de matériel informatique ni de la connexion nécessaires, relâchement de la pression par des décisions rapides sur l’aménagement des programmes et les examens, etc. Pour la FSU, ce qui se dessine dès mardi 6 avril, ce n’est pas l’école, collectif de travail et d’apprentissage auquel nous sommes attaché-es. C’est autre chose que l’école, et nous savons que les personnels feront tout leur possible pour s’y investir au mieux. Mais dès maintenant, pour compenser les difficultés présentes, il y a lieu de concrétiser les engagements de recrutement. Pour répondre aux inégalités qui se creusent et anticiper une possible poursuite de la crise sanitaire, il est urgent de décider d’un réel plan d’urgence pour l’école afin de la doter de moyens exceptionnels dès la rentrée de septembre.


Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 77 77
Mél : fsu26@fsu.fr