22 mars : une riposte d’ampleur !

Bulletin Singulier-Pluriel n°161
vendredi 16 mars 2018
par  Jean-Louis Mollard
popularité : 63%

Editorial du Bulletin de la FSU 26 de mars 2018 par Jean-Louis MOLLARD...

Le gouvernement de Macron a pour objectif de modifier profondément le modèle social hérité du Conseil National de la Résistance. Son projet n’est évidemment jamais explicité et les réformes sont systématiquement scindées et présentées comme s’appliquant à un champ particulier de la société, sous couvert de répondre à des dysfonctionnements insupportables. L’objectif politique global est alors masqué sous la parole des experts dont on ne dit jamais au nom de quels intérêts ils s’expriment.

DES PRÉCÉDENTS ÉLOQUENTS :
Avant de s’attaquer aux Services Publics, le gouvernement Macron a dépecé le Code du Travail afin de faciliter les licenciements et de raboter les droits des salariés, au nom des intérêts des entreprises et des actionnaires. De même, les mesures les plus favorables au capital ont été maintenues : CICE, CIRE, suppression des cotisations sociales au profit d’une hausse de la CSG portant sur les actifs et les retraités.

DES FONCTIONNAIRES CIBLÉS :
Dans le Secteur Public, ce Gouvernement a gelé le point d’indice, suspendu l’application de PPCR, rétabli le jour de carence (une mesure plus stigmatisante qu’opératoire). Les retraités pâtissent de la hausse de la CSG non compensée, tout comme ils sont victimes des hausses de tarifs des mutuelles et du gel de leurs pensions. Les conditions de travail des actifs se détériorent : le dédoublement des CP et des CE1 se fait en récupérant les moyens, les personnels administratifs ou territoriaux, sacrifiés sur l’autel des coupes budgétaires, voient leur charge de travail augmenter au mépris de leur santé. De même, on demande aux hôpitaux déjà étranglés de faire encore des économies de fonctionnement, alors que les soignants sont au bord du burn-out ou du suicide.

COMITÉ ACTION PUBLIQUE 2022 : DÉMANTÈLEMENT PROGRAMMÉ !
Comme si cela ne suffisait pas, le Gouvernement a lancé une opération de dégraissage massif dont les bénéficiaires seront les rapaces du Privé (seuls membres du Comité, comme nous l’avions montré dans notre précédent bulletin). Les objectifs de la commission sont bien de « revoir profondément et durablement les missions de l’ensemble des acteurs publics » et de « produire un rapport identifiant des réformes structurelles et des économies significatives ».
Les mesures annoncées confirment notre analyse, même si elles sont présentées comme le moyen de répondre à la « demande de mobilité des personnels ». Sous couvert d’un plan de modernisation et de départs volontaires, il s’agit en réalité de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires, de transférer ou de privatiser des missions, et d’instaurer le salaire au mérite.

LES FAITS SONT TÊTUS...
Ce discours ne tient pas au regard de la réalité. A qui veut-on faire croire que les Assistantes Sociales et les Infirmières sont en nombre suffisant ? A qui veut-on faire croire que les Personnels de la Pénitentiaire ou de la Protection de la Jeunesse sont des privilégiés ? A qui veut-on faire croire que l’Education est une priorité quand on recourt massivement aux contractuels et que le remplacement des enseignants ou des soignants souffre d’un manque criant de vocations ?

AGIR ET NE PAS SUBIR :
C’est pourquoi, pour maintenir un modèle social solidaire, il faut ne pas laisser faire : le démantèlement des Services Publics est une étape vers une société où chacun sera considéré comme responsables de ses choix, et donc de ses erreurs comme de ses faiblesses, pour le plus grand avantage des actionnaires et des possédants.
Dans le même ordre d’idées, la bataille qui va s’engager sur la SNCF est capitale : le Gouvernement instruit à charge en opposant de manière honteuse les cheminots et les autres salariés pour gagner l’opinion et détruire un bastion du Service Public en recourant aux ordonnances. Ne nous y trompons pas : si la digue des cheminots rompt, les fonctionnaires sont les prochains sur la liste des victimes...
Nos camarades de la SNCF ne gagneront pas seuls et les fonctionnaires doivent prendre leur part dans ce combat commun. Nous sommes à un tournant de société, ne ratons pas le rendez-vous :

JEUDI 22 MARS GRÈVE et MANIFESTATION
VALENCE 14 HEURES CHAMP DE MARS.

Bulletin n°161 complet

Contact

FSU Drôme


Maison des Syndicats
17 rue Bizet
26000 VALENCE


Tél : 04 75 56 77 77
Mél : fsu26@fsu.fr

Agenda

 

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois